L'objet du mois de mai 2021 : la cuisinière miniature 

à dossier à cheminée latérale - 1986

Cuisinière miniature à dossier à cheminée latérale - 1986


Cuisinière en tôle emboutie émaillée blanche. Plaque de cuisson noire à un emplacement réel et deux emplacements factices, marqués de cercles concentriques dorés, et une chaudière noire à robinet en plastique doré, partiellement intégrée. La plaque de cuisson possède un encadrement en tôle dorée. La devanture montre trois portes noires en plastique à encadrement et poignées en métal doré. La porte du cendrier et la grille de ventilation sont sérigraphiées. Les faces latérales montrent un décor de palmettes, de crosses et d’accolades sérigraphiées en gris et doré sur fond blanc. 


Les cornières à base droite, noires, montrent un décor de même style, sérigraphié en blanc et doré. Le dossier montre un décor évoquant un carrelage beige orné d’un écusson polylobé à fond blanc, encadrement et motif cruciforme orangé. La cheminée factice est en plastique noir. Une étagère supporte encore quatre instruments en plastique cuivré : cuillères et louches. La batterie de cuisine comporte une poêle en métal cuivré à manche en métal noir et un faitout en métal doré, à poignées en métal noir.


• Johann GG Schopper KG, Zirndorf, Bavière, Allemagne.

• Hauteur : 14/27 cm ; largeur : 23 cm ; profondeur : 14 cm.

• Tablette de combustible solidifié.

• Acquise par Brigitte Remy.

• Don Brigitte Remy, inv. Cuis 029.

Catalogue de cuisinières miniatures

Le catalogue de cuisinières a été établi sur la base des recherches des deux signataires (Pierre Cattelain et Brigitte Remy) menées dans les publications, les catalogues de fonderies, de marques de jouets et auprès des collectionneurs, souvent de très bons experts. Certains objets sont marqués (mais pas toujours) du sigle de leur marque, comme Baudin, Bing, Fuchs, Godin, JEP, Märklin, Präger, Schopper... 


Il est alors assez facile de les situer chronologiquement. D’autres marques sont peu connues et très pauvres en références. D’autres enfin ne sont pas marquées du tout et nous n’avons trouvé aucune donnée à leur propos. Parfois, le marquage ne figure que sur certains éléments, comme les rampes de brûleurs qui sont parfois perdues. Dans d’autres cas, le marquage, faiblement estampé ou sérigraphié, a été oblitéré par les restaurations, pas toujours très heureuses. L’attribution géographique et chronologique s’est donc fondée sur le style, avec les limites de précision que cela suppose.

Anatomie d'un fourneau de cuisine ou cuisinière à bois, 

charbon de bois ou charbon

La collection de cuisinières miniatures de l’Écomusée du Viroin

Pierre Cattelain


Origine et historique de la collection de Brigitte Remy


Née à Couvin le 3 avril 1943, Brigitte Remy est issue d’une famille de métallurgistes bien connue dans la région qui s’est illustrée dans la fabrication d’appareils de chauffage et de cuisinières : les Ateliers de l’Eau Noire, fondés en 1907 par Albert Moutarde. Cette entreprise avait pour clientèle des serruriers poêliers auxquels elle procurait les pièces détachées pour la construction de cuisinières.

En 1932, à la suite du décès de A. Moutarde, Victor-Léonard Remy, né en 1910, venu de la Fonderie ancestrale Remy d’Yves-Gomezée, reprend l’entreprise en difficulté, la redresse et la développe sous le nom de Fonderies de l’Eau Noire, qui se transforme en Somy au sortir de la guerre (contraction du nom des deux associés Gustave Sottiaux et Victor Remy).


Fille de Victor-Léonard, Brigitte Remy fait ses études à Couvin et passe son bac à l’athénée de Chimay. Elle fait ensuite deux ans d’études d’Industrial Design à La Cambre à Bruxelles. À la demande de son père, elle part pour la Suisse en 1965 pour s’y occuper de l’implantation Somy. Elle développe l’affaire en devenant l’importateur de produits belges de Couvin, de Soignies (entre autres) et européens et elle a salarié jusqu’à 30 personnes. Elle devient par la suite présidente de l’AFSIAC, association suisse des importateurs d’appareils de chauffage.

Voici ce que disait Brigitte Remy le 9 décembre 2003 : Avril 1950, c’est mon anniversaire (7 ans, ndlr), un jeudi après-midi, pas d’école, le jardin est presque en fleurs. Sous la tonnelle, dans un coin discret chauffe ma petite cuisinière en tôle blanche. Elle a été allumée avec un peu de charbon pris dans la cave, du petit bois récolté ça et là sous les branches du hêtre. Mes invités arrivent ! Mes deux voisines Marie-Christine et Manette, mes trois petits frères et sœurs, Jean-Louis, le voisin sur son petit vélo. Le goûter s’organise et le grand jeu commence… Je cuis les crêpes dans les petites poêles en fonte, puis dans le four, des tartes aux pommes avec de la pâte, bien sûr préparée par Maman. La petite dînette en tôle est distribuée à chacun. On joue aux Grands en se distribuant des titres. On est des Grands ! On en oublie les gâteaux qui carbonisent dans le four. Une délicieuse odeur de tarte brûlée se répand dans le jardin, et voilà pourquoi 23 ans après (donc à 30 ans, en 1973, ndlr), au détour d’une ruelle dans le vieux Neuchâtel, ma passion m’a reprise. Une petite cuisinière adorable, avec friteuse dans une vitrine me rappelle ces délicieux souvenirs d’enfance. La collection commence… (Remy - 2004. Cuisinières d’antan pour petits et grands, Ed. DIRE, p. 5).

Brigitte Remy à 6 ans, rue de la Gare à Couvin

Voyageant beaucoup pour ses affaires, Brigitte Remy a mis à profit ses déplacements pour constamment enrichir sa collection, qu’elle a donc commencé en 1973. Grâce à une recherche méthodique parmi les antiquaires et au hasard des brocantes, elle a pu rassembler plus de 140 cuisinières miniatures, cuisines de poupées et autres dînettes, toutes en état de marche, qui constituent une collection unique au monde. L’exposition mise sur pied à Treignes en 2004 présentait une soixantaine de pièces de la collection Remy, augmentée de quelques pièces de la collection de l’Écomusée pour faire (re)dé- couvrir leur richesse décorative.



L’acquisition de la collection par l’Écomusée du Viroin en 2017


Début 2017, Brigitte Remy, propriétaire de la collection qu’elle a mis près de 50 ans à constituer, envisage de déménager à court terme (moins d’un an) ce qui ne lui permettra plus de conserver sa collection. Elle ne désire pas la voir dispersée. Cependant, elle ne désire pas non plus léser ses héritiers. Elle contacte donc l’Écomusée pour trouver une solution et conserver ce patrimoine dans sa région d’origine, du moins en partie. Brigitte Remy propose de céder sa collection à, l’Ecomusée en lui faisant don de la moitié de sa valeur, déterminée sur la base des valeurs d’assurance agréées lors de l’exposition de 2004, non indexées ! L’Écomusée doit donc trouver un financement représentant l’autre moitié, afin de respecter l’arrangement proposé par Madame Remy. 

L’acquisition de cette collection présente un très grand intérêt pour l’Écomusée du Viroin car elle vient harmonieusement compléter le fonds de l’Écomusée. En donnant un cadre à sa composante locale, elle lui crée une perspective de mise en place d’exposition itinérante : les cuisinières miniatures sont plus faciles à déplacer que les grandes et sont très attractives pour tous les publics.


L’objectif principal est donc de compléter la collection de poêles et de cuisinières, et plus particulièrement la petite collection de poêles et de cuisinières miniatures de l’Écomusée, par un ensemble magistral, unique en Europe, susceptible de créer un produit culturel exceptionnel et très attractif pour le public, notamment par son côté ludique. À elle seule, cette collection peut faire l’objet d’une, exposition conséquente, qu’il est possible de concevoir comme itinérante. En matière de sous objectifs, le projet contribue à donner un cadre à l’importante collection d’objets, d’archives et de documents visuels et sonores relatifs à la tradition de fonderie-poêlerie de la région couvinoise. Il permet aussi de sauver de la dispersion cette collection exceptionnelle, fruit de près de 50 ans d’efforts et de passion, créée par une spécialiste de ce domaine lié à l’industrie couvinoise.

Affiche cuisinières d'antan pour petits et grands

Brigitte Remy avec une de ses cuisinières miniatures.

Novembre 2018. Photo Photovision, Neufchâtel.

Catalogue exposition temporaire : La cuisine ? un jeu d'Enfant ! 

Du jouet à l'objet de collection

Sous la direction de Pierre Cattelain 


Les pièces originaires de Wallonie et de la Région bruxelloise sont particulièrement emblématiques de la collection de l’Écomusée. Par rapport à la collection de Brigitte Remy, elles constituent la totalité de la composante belge. En fonte lourde, rares et, dans un cas, constituant un unicum, de très belle facture et en très bon état, elles constituent le fleuron de notre nouvelle collection. En effet, grâce à deux dossiers introduits dans le courant du premier semestre 2017, l’un à la Fondation Chimay-Wartoise, l’autre à Fédération Wallonie-Bruxelles, que l’Écomusée remercie très chaleureusement, le projet a pu être mené à bien, dans d’excellentes conditions.


Fin novembre, l’ensemble de la collection de Brigitte Remy a trouvé place dans les réserves de l’Écomusée et est en cours de conditionnement dans l’attente de sa mise en valeur, en décembre 2018, sous la forme d’une première exposition temporaire dans ses murs. Par la suite, dans un deuxième temps, la collection pourra circuler sous la forme d’une exposition itinérante, avant d’être présentée définitivement dans les annexes du donjon de la Ferme-château.

L’objet du mois

L’objet du mois d’avril : la chaussure orthopédique


VOIR ARTICLE

L’objet du mois de février 2021 : le poêle


VOIR ARTICLE

L’objet du mois de janvier 2021 : le pelwé (le peloir) à écorcer le chêne

VOIR ARTICLE

0